RÉGAL Normandie

La réservation des repas, un autre moyen de réduire le gaspillage alimentaire

La réservation des repas, un autre moyen de réduire le gaspillage alimentaire

Prévoir le nombre de repas en restauration collective permet de commander les quantités de denrées alimentaires adéquates, donc de réduire le gaspillage alimentaire. Des collectivités ont déployé des systèmes de réservation. Toutes s’accordent sur la diminution du gaspillage mais, sur le terrain, les pratiques diffèrent.

« La réservation de repas est un dispositif efficient pour lutter contre le gaspillage alimentaire », affirme d’emblée Soraya Ouldji, adjointe chargée de la petite enfance et de la restauration scolaire à la ville de Strasbourg (286 600 hab.). De fait, un décret du 4 avril 2022 permet aux collectivités d’expérimenter des solutions de réservation de repas en restauration collective dans ce but. Il définit les modalités d’application de l’expérimentation pour adapter l’approvisionnement au nombre de repas nécessaires.

Les gestionnaires doivent transmettre au préfet de région, avant le 1er juillet 2023, un dossier décrivant la structure de l’établissement et la solution de réservation de repas retenue. L’expérimentation dure six mois minimum et s’achève au plus tard le 31 décembre 2023. Les évaluations du gaspillage alimentaire, du taux de fréquentation et de la satisfaction des usagers vis-à-vis du système de réservation font partie intégrante du dispositif.

Sans attendre le décret, bon nombre de collectivités ont déployé de tels dispositifs. Si toutes s’accordent sur le lien entre ­réservation de repas et diminution du gaspillage, sur le terrain, les ­pratiques diffèrent.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.